Les expositions passées

13 mars - 30 avril 2021

LA GRANDE PEUR

Luisa Ardila

Luisa Ardila est née en 1990 à Bogota. Elle est diplômée de l’École des Beaux-Arts de Marseille, et lauréate du 1er Prix François-Bret en 2019.

 

Le titre de l'exposition, La Grande Peur, est emprunté à un roman de Charles-Ferdinand Ramuz, La Grande Peur dans la montagne, publié en 1925. Il s'agit d'une chronique montagnarde obscurcie par une mystérieuse superstition, et dont le drame final évoque l'implication de l'irrationnel dans la vie quotidienne.

En effet, il est question, dans la peinture de Luisa Ardila, et notamment dans cette nouvelle série réalisée pour l'exposition, d'images, de scènes,  extraits de la vie quotidienne de l'artiste, dont la combinaison sur une même toile  pousse à  un éclatement du réel qui engendre une histoire parallèle, désormais libre de s'épanouir dans nos pensées les plus profondes.

 

La dualité est un thème majeur dans l'oeuvre de l'artiste, comme le réel confronté au surnaturel, le vrai au faux, le bien au mal. Les personnages, souvent, se dédoublent, chacune des entités se révélant d'essence différente. La nature est traitée sur un plan d'égalité avec la figure humaine, ce qui lui confère une densité particulière et mystérieuse. L'homme, parfois, semble s'y diluer complètement pour devenir motif, forme, couleur.

 

Ces derniers toiles sont inspirés des tableaux votifs, et des blasons médiévaux, par leur composition. La toile est structurée en plusieurs espaces de représentation,  des scènes autonomes, mais aussi des zones saturées de motifs géométriques, composant ainsi une narration qui implique une lecture sensible, connectée à l'inconscient.

 

Dans le showroom sont présentées des oeuvres plus anciennes de l'artiste, deux toiles et céramiques de 2018, des oeuvres sur papier, et des multiples, réalisées à des périodes différentes.

Vidéo

Visite virtuelle de l'exposition

16 janvier - 27 février

PROPRIÉTÉ ET DÉPENDANCES

Jean-Yves Belliard

Jean-Yves Belliard, né en 1972, vit et travaille à Billom, près de Clermont-Ferrand.

 

Sous ce titre étrange qui évoque à la fois un index typologique de l'habitat rural, ou un acte notarié répertoriant les constructions annexes rattachées à un bâtiment principal, l'exposition Propriété et Dépendances de Jean-Yves Belliard présente un ensemble de peintures sur toile ou sur papier qui semblent composer une histoire de l'architecture, très personnelle.

"Je travaille comme un archiviste, accumulant des documents sans me préoccuper de leur utilité immédiate, errances dans des banques d'images à la recherche d'échos intimes".

L'attachement à ce point référentiel que constitue  l'architecture pour l'artiste dans cette série d'oeuvres est cependant un prétexte à ce qui est le but à demi avoué d'une approche picturale qui tente une figuration traitée comme une abstraction : "je cherche toujours le moment de basculement entre ces deux pôles".

L'exemple de l'aboutissement de cette démarche est illustré par la série de tondi proposés dans l'exposition, dans lesquels l'artiste semble avoir extrait et synthétisé  des formes ou éléments architecturaux dans un format volontairement circulaire renforçant encore le processus d'abstraction.

Les références de l'artiste  abordent principalement l'architecture moderniste. Il s'intéresse par dessus tout à investir des projets non réalisés, des anomalies, ou des utopies, afin d'injecter dans ses oeuvres une bulle de mystère, une impression d'étrangeté et d'absurdité, et un sentiment de solitude.

 

L'exposition Propriété et Dépendances est la première exposition de Jean-Yves Belliard à la galerie Le Cabinet d'Ulysse, à découvrir du 16/01 au 27/02/2021.